Association humanitaire Comité Tiers Monde Isigny Carentan

La ferme agropastorale pour 2 filleuls.

3 Novembre 2019 , Rédigé par CTM

Dernières nouvelles :

Le mercredi 27 janvier 2021, Marcel Houinato, Sylvain et moi nous sommes rendus sur le site sous un soleil de plomb. Nous avons pu constater l'avancement des travaux, en particulier du hangar qui devrait finalement servir à un élevage de porcs, selon le souhait de Justine.

Son logement est d'excellente fabrication, isolé de la chaleur, assez confortable depuis qu'elle a reçu le mobilier envoyé par notre dernier container. Seul bémol : le manque d'eau pas facile à résoudre à cause du coût très élevé d'un hypothétique forage. La citerne de récupération d'eau de pluie ne suffit pas en période de sécheresse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin février Sylvain nous annonce que le hangar est totalement couvert.

En voici la preuve par image !

 

Courant mai, Justine a reçu une bicyclette qui convient parfaitement à ses déplacements locaux.

Elle a acheté 3 porcs et quelques poules afin de débuter un élevage qu'elle souhaite peu à peu intensifier afin d'acquérir enfin son autonomie financière.

En juillet, nous devrions recevoir des nouvelles et des photos de la seconde citerne de récupération d'eau de pluie si précieuse en ces temps de sécheresse intense.

 

 

 

 

Historique :

Malgré toutes les démarches, les sollicitations, l'appel à dons infructueux lancé sur "Helloasso" en 2019, le CTM n'est  parvenu à récolter que la moitié de la somme nécessaire à la réalisation de ce noble projet. Cependant, plusieurs donateurs locaux nous ont récemment permis de faire les démarches pour acheter 4 hectares dans la province du Zou, non loin d'Abomey. Sauf imprévu, Justine devrait intégrer sa ferme dans le courant du 1er semestre 2020.

 

 

Avec Sylvain et Justine, nous allons sur place le mercredi 29 janvier 2020. Nous constatons qu'une partie de la parcelle est défrichée afin d'y construire la maison d'habitation et le hangar pour les futurs animaux. Les briques sont déjà confectionnées en terre de barre, séchées au soleil. Dans le prochain container nous lui chargerons tout le mobilier basique nécessaire à sa vie quotidienne.

 

 

Le mardi midi 24 mars 2020 Marcel Houinato nous envoie des photos de la future maison de Justine. Vous pouvez constater l'avancement encourageant des travaux de maçonnerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même si le coût est plus élevé, nous avons privilégié la qualité, la durabilité et le confort en commandant une charpente en bois de teck et une couverture en plaques ondulées en fibrociment qui protégeront davantage de la chaleur. Dimanche 29 mars, Marcel Houinato nous fait parvenir ces photos du matériel prêt à poser. Il faut que la maison soit couverte avant la période des pluies, et peut-être aussi du "confinement" annoncé au Bénin. Justine est présente sur les lieux.

Trois jours plus tard le 2 avril, le charpentier-couvreur a terminé son travail ! Qu'il soit vivement remercié et félicité de notre part.

En mai, portes et fenêtres sont posées, sol dallé. Justine va pouvoir intégrer les lieux et commencer la culture courant juin 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste à construire un bâtiment pour l'élevage. La crise sanitaire affectant durement nos finances, nous reportons à regret ce projet que nous réaliserons avec l'aide de potentiels donateurs.

 

 

 

Courant juillet 2020, Justine  habite dans la maison sans aucun meuble, et commence à défricher et à planter avec quelques jeunes bras masculins.

Le mobilier lui parviendra par notre container du 7 octobre.

 

Les voici au travail :

 

 

 

 

 

 

 le défrichage et les semences.

 

 

 

 

 

 

 

 

La citerne est remplie d'eau de pluie abondante en cette période.

 

 

Ici  à droite de jeunes plants de manioc,

 

 

 

 

 

 

là du maïs,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et des haricots.

 

 

Si la sécheresse ne sévit pas début 2021, les récoltes seront prometteuses.

 

 

 

 

 

 

 

 

La récolte des haricots vient de se faire fin novembre, moins fructueuse qu'espérée par manque de pluie.

 

 

 

Patientons encore quelques semaines pour construire le hangar destiné aux futures chèvres et autres animaux. Initialement l'élevage était la priorité, l'essentiel est la finalité !

 

Un mois plus tard, le 19 octobre, Sylvain nous envoie quelques photos du champ de haricots avec traitement contre les nuisibles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un nouveau défrichement est réalisé en vue de la construction du hangar pour l'élevage des animaux.

 

 

 

 

 

 

Présentation sommaire du projet initial en 2017.

Le projet vise la création d’une ferme agropastorale dans le département du Mono (ou du Zou) au Sud-ouest du Bénin. Il devrait démarrer d’abord avec l’élevage de moutons, chèvres et volailles.

 

L’élevage sera complété dans le court terme par la production vivrière.

 

Impacts du projet

Ce projet a pour but d'offrir la possibilité à Sylvain et Justine, tous deux orphelins de père et de mère dès leur plus jeune enfance, parrainés du CTM depuis leurs premières années au collège, de mettre en application leurs connaissances et de vivre enfin du fruit de leur travail.

Sylvain a fait un Master Professionnel en Sciences Agronomiques et un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA). Il prépare actuellement le Doctorat. Sa sœur Justine a obtenu son baccalauréat en Novembre 2017, après 4 années dans un lycée agricole. Elle a fini en août un stage de 4 mois dans une ferme spécialisée. Elle espère à présent réaliser son rêve d'enfant : avoir sa propre ferme agro-pastorale...mais les dons se font rares.

Les produits d’élevage et la production vivrière de la ferme contribueront à réduire les problèmes de sécurité alimentaire et nutritionnels à travers la production de protéines animales, un élément capital à l’équilibre alimentaire tout particulièrement chez les groupes vulnérables que sont les jeunes enfants, adolescents, femmes enceintes.

 

Equipe de gestion du projet

Les activités d’élevage seront mises en œuvre par Justine, technicienne en production animale.

La production vivrière sera assurée par un technicien en production végétale qui sera sollicité à temps partiel.

Les deux travailleront sous la responsabilité de Sylvain, ingénieur agronome, socio-économiste.

 

 

"Aidez-nous à les aider"

MERCI

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :