Association humanitaire Comité Tiers Monde Isigny Carentan

Les parrainages.

3 Novembre 2019 , Rédigé par CTM Publié dans #Nos actions

Un conseil : parcourez cet article sans manquer de découvrir plus bas l'histoire exceptionnelle de notre filleul Houéyikou.

Tous les filleuls évoluent bien grâce à l'aide de leurs parrains et marraines. Certains même sont déjà à la recherche d'emploi et en ont un. Nous regrettons cependant quelques abandons de parrainages qui mettent en difficulté les enfants concernés.

En octobre 2020, alertés par notre amie Victorine, face à la situation dramatique du cordonnier handicapé polio de Lokossa qui a fait un AVC, paralysé du coté droit, sa femme étant elle-même lourdement handicapée polio, nous avons décidé de reprendre le parrainage de leurs 5 filles, plus ...les 2 nouvelles ! Nous leurs avons acheté sur place les fournitures scolaires et leur donnerons 15€ par mois pour leur nourriture. Ceci grâce encore à 2 donateurs qui ne sont pas des parrains.

 

La nounou Pierrette, responsable à Cotonou d'une petite structure d'accueil d'enfants souvent orphelins, a toujours à sa charge nos 3 filleules Arlette, Clarisse, et Ariké qui porte toujours (photo de couverture) dans les bras ce petit garçon déposé et abandonné ici à la naissance par sa jeune maman désemparée.

Ingénieur, Sylvain prépare courageusement son doctorat d'agronomie qu'il présentera courant 2021.

Sa soeur Justine, bachelière en agriculture, a terminé en août 2018 un stage de formation. Elle souhaite créer sa propre ferme agropastorale en 2020 ; nous lui avons acheté une parcelle de 4 hectares sur laquelle les bâtiments pour son logement et ses animaux sont en cours de construction depuis février 2020. En octobre elle a intégré sa maison, cultive et commence à pratiquer l'élevage !

 

Christelle a obtenu sa licence biomédicale. Grâce au directeur ami du CTM, nous lui avions obtenu en 2018 un stage au laboratoire de l'hôpital de zone d'Aplahoué, tout près de chez elle. Puis en 2019 elle a fait un autre stage à l'hôpital de Lokossa et a été embauchée pour un an dans un grand hôpital de l'Ordre de Malte à Parakou qui lui a proposé un stage rémunéré renouvelable.

 

 

Félicitations à Enock qui, en décembre 2018, a obtenu sa licence en électrotechnique avec mention Bien. Après un stage obligatoire de 6 mois à Cotonou, il est à la recherche d'un emploi si difficile à obtenir et se débrouille dans des "petits boulots"

Sa soeur Sarah  a terminé en juillet 2020 sa dernière année d'école d'hôtellerie après son CAP en juin 2019 . Hélas elle a été recalé à une matière qu'elle devra représenter dans un an, ce qui ne lui permet pas de trouver un poste adéquat.

 

Courageuse et méritante, Maëlle poursuit sa 4ème année de Droit à la faculté d'Abomey-Calavi.

 

Missoayé a obtenu sa licence en linguistique, option communication et information à l'université de Calavi. Il a obtenu une mention TB à sa soutenance en octobre 2020.

Sa soeur Epiphanie (qui n'a jamais fréquenté l'école primaire mais a étudié avec un répétiteur chez Victorine) est au collège d'Aplahoué en classe de 3ème, en tête de sa classe !  Son (grand) petit frère Dodji, lui-même parrainé, a quitté le village et rejoint sa soeur, il fréquente l'école primaire en CM2. Encore un grand Merci aussi à leurs parrains et marraines respectifs.

 

Notre juriste handicapé Victorin, bardé de diplômes, restait sans emploi. Après ses multiples démarches infructueuses, nous avons décidé de lui financer son installation en cabinet privé à Abomey-Calavi courant août 2019. Malgré ses nombreuses démarches, il n'est pas encore réussi à un bénéfice de ses travaux, il faut du temps, et du courage dont il ne manque pas. Nous lui souhaitons santé et prospérité !

 

                                       *************************************************************

Quant à Houéyikou, ce filleul mériterait un article - ou un livre - pour lui tout seul.

Je résume :

Découvert dans son village de brousse à Topkoué, près de Bopa, en février 1997, nous ne pouvions rester inactifs face à sa triste situation dont nous avait alertés Hortense, elle-même lourdement handicapée. Atteint par la poliomyélite, il s'approchait de nous à quatre pattes, genoux cagneux, corps poussiéreux, affublé d'un simple slip, cheveux rasés, mais, oui mais très souriant !

En présence de ses parents, nous faisons alors la surprise de lui offrir un fauteuil roulant (ci-dessous) qui lui permettra aussi de se faire camarades peu nombreux. Nous décidons de le prendre en charge et tenter de lui trouver dès notre retour un parrain afin d'assurer son avenir.

Conseillé par notre coordinateur, nous le ferons hospitaliser quelques mois plus tard au centre d'orthopédie Béthesda à Lokossa où il passera plus de 12 mois à subir la pose successive de plâtres qui redresseront peu à peu ses malformations des genoux et des pieds. S'en suivront l'installation d'orthèses des membres inférieurs, sa rééducation, sa verticalisation, son apprentissage à la marche entre 2 cannes coudières.

Entre temps nous lui avons effectivement trouvé un parrain très motivé qui l'épaulera patiemment durant toute son adolescence, jusqu'à ses 30 ans !

A son retour  chez ses parents, affublé d'orthèses, cannes coudières en mains, il se rend à pied à l'école primaire située à un kilomètre. Très dynamique et courageux, il ne manquera jamais une journée de cours, obtiendra son CEP. Puis il quittera l'école primaire pour entrer en 6ème au collège de Bopa éloigné de 5 km.

 

En 2005 nous lui enverrons un tricycle qui le soulagera dans ses longs déplacements quotidiens durant 4 années au bout desquelles il réussit à l'examen du BEPC.

 

Puis  il décide de poursuivre ses études au lycée plus éloigné encore que le collège. C'est alors que ses difficultés de déplacement deviennent trop pénibles, et peut-être aussi le niveau trop élevé. Il poursuit cependant la classe de seconde, puis celle de première et abandonne, soulagé sans doute, malgré tout désemparé.

 

Durant deux longues années, nous cherchons une solution qui lui convienne. Proposition lui est faite par notre coordinateur Marcel Houinato de tenter de l'inscrire pour 18 mois en internat au Centre de Formation Professionnelle pour Adultes Handicapés d'Akassato, non loin de Cotonou. Une chance, le nouveau directeur n'est autre que Hyacinthe, assistant social que nous connaissions parfaitement à Aplahoué.

En 2016, lui qui n'avait jamais connu que son village, Houyikou intégre l'internat du centre d'Akassato où une trentaine d'handicapés physiques sont formés aux métiers de tissage, de cordonnerie ou de fabrication de savon et de pommades, à l'élevage, à la culture ainsi qu'à l'informatique.

 

En juin 2017, stage terminé, Houéyikou retourne définitivement au village et retrouve sa chambre (ci-dessous en 2018, découvrant les cadeaux de son parrain).

Il commence chez ses parents la fabrication artisanale de savon en boule et liquide, aussi de pommades antalgiques, et se lance dans un très petit élevage de poules, chèvres et cochons d'Inde.

Pour intensifier sa production, le CTM lui fournit une table à fabrication de savons et décide de financer, dans l'enceinte de la maison familiale, l'aménagement d'un bâtiment d'élevage de lapins actuellement fonctionnel.

Tous nos sincères remerciements vont à l'endroit du Dr Marcel Houinato qui n'a ménagé aucun effort pour se rendre plusieurs fois jusqu'à Topkoué afin de faire réaliser ces travaux et de prodiguer ses conseils avisés.

Et en 2019 Houéyikou nous réserve une belle surprise !.......

Le samedi 26 février, après avoir salué ses parents, nous remarquons la présence d'une jeune-fille occupée aux lapins puis à la cuisine. Timidement Houéyikou nous informe qu'elle se surnomme Solange, mais ne dit mot sur ce que nous constatons...

Le vendredi 12 avril, Solange a accouché d'un petit garçon, Houéyikou est devenu papa !!!

Quelle magnifique histoire...à suivre.

Nous renouvelons tous nos plus sincères remerciements à son parrain qui peut être fier de son filleul.

Le samedi de Pâques 20 avril nous recevons ces photos du bébé prénommé Yves, et de ses heureux parents que nous félicitons et auxquels nous adressons tous nos meilleurs Voeux de bonheur.

Le 18 octobre 2019, avec des partenaires de Laval et notre coordinateur Marcel Houinato, nous surprenons la famille de Houéyikou au complet, ses parents, le couple et l'adorable petit Yves qui a déjà bien grandi. En plus de l'élevage, ils fabriquent des savons et cultivent des légumes sur une petite parcelle prêtée. Ils sont actuellement autonomes et participent même au quotidien des parents.

   

 

 

 

 

 

                                                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les photos suivantes datent de février 2020. A gauche la maman de Houéyikou, Solange et Yves ; à droite Houéyikou écoute les recommandations de Marcel Houinato. La famille Houéyikou se porte à merveille et poursuit ses activités lucratives d'élevage, de culture et de fabrication de savons. Nous lui avons apporté un panneau photovoltaïque qui lui permet de recharger les smartphones de quelques villageois et ainsi "arrondir" ses fins de mois.

Nous ne recevons plus de ses nouvelles par Whatsapp depuis juin car il a "gâté" son smartphone ! Mais nous savons que la famille se porte très bien.

 

Suite des parrainages :

En février 2017, nous avions rencontré (dans l'ordre des photos) : Clarisse, Ariké et Arlette, Maëlle, Nadine, Reine, Bénie, Christelle, Justine, Ulrich, Nicolas, Sylvain, Victorin, Paulette, les 5 filles de parents handicapés, Pacôme, Merveille, Géraud, Lucrèce et le petit Clément.

Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.
Les parrainages.

 Historique :

Voici plus de 25 ans, quelques élèves du collège d'Aplahoué ont profité dès la classe de sixième d'un parrainage qui a permis à certains d'accéder au baccalauréat et à la faculté .

Donatien et Louis ont obtenu le DEA de sciences économiques, Victorin le DESS en Droit, Parfait la licence de gestion, Houéyikou et Diane le BEPC etc... 

Si un filleul mérite particulièrement nos éloges, c'est Sylvain.  Très jeune orphelin de père et de mère,"survivant" avec  ses trois  soeurs, l'opportunité du parrainage va subitement éclaircir son avenir.

Il passe brillamment son baccalauréat , entre à l'Université d'Agronomie où, grâce à son travail acharné, mais aussi beaucoup grâce à son Professeur notre Ami le Docteur Marcel Houinato, il termine avec brio son parcours universitaire en obtenant la mention "Très Bien" à sa soutenance qui se déroulait ce vendredi 4 avril 2014.

Le voici promu "ingénieur en agronomie".

Le CTM lui adresse toutes ses félicitations et ses voeux de réussite professionnelle.

Un Grand MERCI également à son très généreux parrain qui peut être très fier de son filleul.

            P1130647.JPG


Bernadin est professeur d’anglais au collège de Klouékanmé. Il a obtenu son CAPES en 2013. Son épouse Yvette est couturière, ils ont 3 beaux enfants : Vincent, Reine et Newman.

Une première du CTM : Reine est à son tour parrainée, comme le fut son papa !

 
         P1130411.JPG         

            Bernardin en février 2014

A Abomey, une autre filleule mérite les félicitations du CTM. Il s'agit de Maëlle, une belle jeune-fille de 15 ans vivant dans un milieu très modeste. Elle a son BEPC, est en classe de seconde avec une moyenne générale de plus de 15/20.

D'autres, plus jeunes, se sont depuis ajoutés à la liste : Lucrèce, Géraud, Bénie,  Merveille, Pacôme, les  inséparables Ariké et Arlette, Clarisse et Lucien.         

Après son DESS en Administration, Gouvernance et Démocratie, notre filleul handicapé Victorin obtient la mention "Très Bien" à son Master 1 qui lui apporte le titre de Juriste Consultant.

Puis le 29 novembre 2014 a lieu la remise officielle des parchemins aux diplômés Master 2 en Gestion des Ressources Humaines, qui ont aussitôt  endossé leur toge avec fierté.

En mars 2015, Victorin commence un stage (à peine et en partie) rémunéré de 2 ans au Ministère de la Famille et des Handicapés.

Victorin

Suite des articles sur la page 2

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :