Association humanitaire Comité Tiers Monde Isigny Carentan

L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.

6 Avril 2019 , Rédigé par CTM Publié dans #Nos actions

Victorine m'incite vivement à revoir la directrice de l'école de coiffure fin janvier 2021, car elle vient d'accepter de recevoir en formation pour 3 ans deux jeunes-filles tout juste majeures, orphelines de mère, qui ont de par leur âge eu l'obligation de quitter l'orphelinat où elles furent recueillies dès l'âge de 5 ans.

Ci-dessus, Bénédicte et Bénédicta sont réfugiées dans une habitation des plus sommaires, sans eau ni électricité, les murs en terre, une chambre destinée à leur grand-mère et une entrée qu'elles partagent avec leur cousine Chimène (ci-dessous lors de la remise du diplôme, elle même orpheline de mère, en formation de préparatrice dans une pharmacie locale). en couchant à même le sol. Elles manquent cruellement de tout, de nourriture mais aussi de vêtements et sous-vêtements.

Face à cette triste situation, le CTM prend dès à présent leurs frais de formation et verse à chacune des jumelles 200 cfa par jour (30 centimes d'euros) pour manger un peu, ceci grâce encore à une donatrice qu'elles ont pu remercier en direct par téléphone.

 

Nous les retrouvons d'abord chez leur patronne coiffeuse le 7 février 2022. Elles sont épanouies dans leur apprentissage, progressent lentement mais sûrement, leurs santés sont bonnes. Lorsque nous nous rendons  chez leur grand-mère, nous sommes interloqués, stupéfaits de découvrir l'environnement totalement bouleversé par une récupération privée de terrain ayant provoqué l'abattage de la partie gauche de la modeste demeure de la grand-mère. A présent les 3 filles couchent dans un réduit où on hésiterait à y mettre un chien !

Aussitôt nous vient à l'esprit d'en parler autour de nous dès notre retour, et d'agir. Cela ne tardera pas ! Nous trouvons le financement à travers des donateurs et transmettons à Victorine (ci-dessous à droite) notre désir de leur construire une chambre digne de ce nom. Le lundi 4 avril le maçon commence le chantier de fondations et d'élévation des 4 murs. Miraculeusement le samedi 9 avril nous recevons des photos de la finition totale du chantier !

Plus bas, regardez le sourire de la grand-mère dont la joie déborde face à cette future chambre dans laquelle les 3 filles coucheront sur nos matelas et recevront également une table et 3 chaises chargées dans notre container du 6 avril.

 

 

 

                                **************************************************************

Revenons à nos moutons !

Sachant que des réparations y sont indispensables et urgentes, Jacques et moi nous allons à pied sous le soleil cuisant jusqu'au salon de coiffure le dimanche 2 février 2020. Le jour de fermeture permet à Jacques de déposer et de réparer en un temps record des séchoirs muraux et fixes qui ne fonctionnaient plus depuis des mois ou années. L'atelier de couture à l'étage n'est toujours pas fonctionnel.

 

L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.
L'école de coiffure, et le cas de jumelles orphelines à Lokossa.

Rétrospective :

Nous n'avons pas eu l'occasion de retourner au salon en 2018 et 2019, mais savons que l'école fonctionne parfaitement, et que l'an prochain nous devrions inaugurer l'école de couture située à l'étage (nous avons fourni des machines voici plusieurs années).

Le 4 février 2017, la directrice nous apprend que pour être homologuée, son école doit disposer d'une salle de cours qu'elle a dû faire construire et qu'elle nous fait fièrement découvrir. Afin d'agrémenter les murs, nous lui enverrons en avril de grands rideaux et posters, en plus d'un casque mural.

Le vendredi 6 février 2015 nous parvenons à Lokossa après une longue panne mémorable. La nuit tombante, nous passons avec Victorine au salon de coiffure entièrement équipé par le CTM. Les élèves y sont toujours aussi nombreux. Monique profite de l'heure tardive pour se faire shampouiner à l'eau froide et rafraîchissante ! Nous avons envoyé beaucoup de produits capillaires (grâce à un internaute-donateur) fin 2015, dont nous avons constaté le bon usage lors de notre visite en février 2016.

 

Historique :

Depuis 2010, cette école bénéficie de nos envois réguliers en   précieux matériel pour améliorer son équipement (fauteuils-casques, ciseaux, tondeuses, séchoirs, bacs à shampoing, têtes, revues et posters).

Une trentaine d'élèves y travaille dans de bonnes conditions.

La directrice a loué une maison et ouvert un pensionnat pour héberger les jeunes qui pour la plupart habitent loin de Lokossa.  

Elle a reçu du CTM une grande partie du matériel nécessaire au fonctionnement de son école, dont ces  fauteuils-casques.

Mais le propriétaire a voulu récupérer son bâtiment.

A la hâte, sans gros moyens financiers, la directrice s'est vue dans l'obligation de faire construire un salon que nous découvrons en février 2013...

P1110877.JPG En février 2014, seule la directrice est présente en cette période de congés scolaires. Nous lui remettons quelques échantillons apportés dans nos valises.

Nous sommes toujours à la recherche de produits capillaires, cosmétiques, ou de matériel de coiffure.

                                            

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :