Association humanitaire Comité Tiers Monde Isigny Carentan

L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.

8 Octobre 2022 , Rédigé par CTM Publié dans #Nos actions

La "lueur d'espoir" conservée de l'année dernière n'a pas été vaine. Le dimanche 5 février 2023 la patronne Brigitte nous reçoit dans un salon totalement réaménagé avec nos fauteuils reçus en novembre, les murs et plafonds sont peints, de beaux miroirs éclaircissent et agrandissent la pièce, un coin esthétique avec notre table est ajouté derrière un rideau, c'est magnifique ! Seuls bémols encore : 2 indispensables casques-séchoirs qui provenaient du CTM ne fonctionnent plus. Nous décidons d'assumer les frais de réparation en faisant appel à un excellent technicien local qui ne tarde pas à intervenir, il doit changer des pièces et reste confiant sur le résultat encore attendu.

 

En 2020 et 2022, la situation stagne ou même se dégrade au salon qui vieillit de partout. Nous sommes interrogatifs sur son avenir, tout en gardant une lueur d'espoir. Nous suggérons à la patronne, dans la mesure de ses faibles moyens financiers, de faire peindre l'ensemble des murs et plafonds, de se débarrasser de son mobilier, lui promettant que le CTM lui fournirait fauteuils de coiffure et lave-têtes en octobre. Promesse fut tenue de part et d'autre, comme vous le constatez sur les photos ci-dessous.

 

Rétrospective :

Sachant que des réparations y sont indispensables et urgentes, Jacques et moi nous allons à pied sous le soleil cuisant jusqu'au salon de coiffure le dimanche 2 février 2020. Le jour de fermeture permet à Jacques de déposer et de réparer en un temps record des séchoirs muraux et fixes qui ne fonctionnaient plus depuis des mois ou années. L'atelier de couture à l'étage n'est toujours pas fonctionnel.

 

L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.
L'école de coiffure à Lokossa, et le cas de jumelles orphelines en apprentissage.

Nous n'avons pas eu l'occasion de retourner au salon en 2018 et 2019, mais savons que l'école fonctionne parfaitement, et que nous espérons un jour inaugurer l'école de couture située à l'étage (nous avons fourni des machines voici plusieurs années).

Le 4 février 2017, la directrice nous apprend que pour être homologuée, son école doit disposer d'une salle de cours qu'elle a dû faire construire et qu'elle nous fait fièrement découvrir. Afin d'agrémenter les murs, nous lui enverrons en avril de grands rideaux et posters, en plus d'un casque mural.

Le vendredi 6 février 2015 nous parvenons à Lokossa après une longue panne mémorable. La nuit tombante, nous passons avec Victorine au salon de coiffure entièrement équipé par le CTM. Les élèves y sont toujours aussi nombreux. Monique profite de l'heure tardive pour se faire shampouiner à l'eau froide et rafraîchissante ! Nous avons envoyé beaucoup de produits capillaires (grâce à un internaute-donateur) fin 2015, dont nous avons constaté le bon usage lors de notre visite en février 2016.

 

Historique :

Depuis 2010, cette école bénéficie de nos envois réguliers en   précieux matériel pour améliorer son équipement (fauteuils-casques, ciseaux, tondeuses, séchoirs, bacs à shampoing, têtes, revues et posters).

Une trentaine d'élèves y travaille dans de bonnes conditions.

La directrice a loué une maison et ouvert un pensionnat pour héberger les jeunes qui pour la plupart habitent loin de Lokossa.  

Elle a reçu du CTM une grande partie du matériel nécessaire au fonctionnement de son école, dont ces  fauteuils-casques.

Mais le propriétaire a voulu récupérer son bâtiment.

A la hâte, sans gros moyens financiers, la directrice s'est vue dans l'obligation de faire construire un salon que nous découvrons en février 2013...

P1110877.JPG En février 2014, seule la directrice est présente en cette période de congés scolaires. Nous lui remettons quelques échantillons apportés dans nos valises.

Nous sommes toujours à la recherche de produits capillaires, cosmétiques, ou de matériel de coiffure.

 

                 Découvrez plus bas l'article au sujet des soeurs orphelines en apprentissage.                          

Abandonnées quelques mois après leur naissance, la mère décédée, Bénédicte et Bénédicta ont vécu jusqu'à leur majorité dans un proche orphelinat qu'elles ont eu l'obligation de quitter. C'est leur pauvre grand-mère qui les a recueillies chez elle à Lokossa où la directrice de l'école de coiffure a gentiment proposé de les prendre en apprentissage. Totalement dépourvues, même de vêtements et sous-vêtements, elles ont choqué notre amie Victorine qui nous a suggéré de leur venir en aide. Sans attendre nous leur avons fait parvenir des habits et attribué un subside mensuel couvrant leurs dépenses de survie en nourriture.

Nous les rencontrons d'abord chez leur patronne le 7 février 2022. Elles semblent épanouies, progressent lentement mais sûrement, leurs santés sont bonnes. Lorsque nous nous rendons  chez leur grand-mère, nous sommes interloqués, stupéfaits de découvrir l'environnement totalement bouleversé par une récupération privée de terrain ayant provoqué l'abattage de la partie gauche de la modeste demeure

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous apprenons qu'avec leur cousine Chimène, également orpheline, elles passent leurs nuits dans le réduit ci-dessous où on hésiterait à y mettre un chien !

Aussitôt nous vient à l'esprit d'en parler autour de nous dès notre retour, et d'agir. Cela ne tardera pas ! Nous trouvons le financement à travers des donateurs et transmettons à Victorine notre désir de leur construire une chambre digne de ce nom. Le lundi 4 avril 2022 le maçon commence le chantier de fondations et d'élévation des 4 murs. Miraculeusement le samedi 9 avril nous recevons des photos de la finition totale du chantier !

 

Victorine nous accompagne le lundi 31 janvier 2023 afin de découvrir le bâtiment servant de chambre aux jumelles et à leur cousine Chimène. Quel contraste de confort depuis l'année dernière ! Elle ont séparé par un rideau leur coin de couchage aux 3 matelas médicaux reçus en novembre et l'espace "repos-repas" où elles ont mis nos 3 chaises et 2 tables. Afin d'atténuer la chaleur excessive par manque d'aération, nous demandons à Victorine de faire confectionner à nos frais une fenêtre coté chambre.

 

Chimène a choisi une autre formation plus rare mais plus prometteuse, celle d'auxiliaire en pharmacie. Aidée financièrement par une donatrice du CTM, elle a brillamment obtenu son diplôme le 05 octobre 2021, puis elle a suivi durant plusieurs mois des stages chez un pharmacien de la place.

Le 5 février 2023, nous passons rapidement rendre visite à Chimène qui est embauchée en CDI  chez le pharmacien où elle a fait son stage. Quelle satisfaction ! Merci à sa marraine qui peut aussi en être fière. Même si son salaire de smig à 60 000 Fcfa (à peine 100 €) est bien maigre, au moins elle gagne sa vie et pourra progresser peu à peu. Bravo Chimène !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :